Laurent gbagbo et charles ble goude libre

À La Haye, la Cour pénale internationale (CPI) a décidé ce mercredi 31 mars 2021 de confirmer l’acquittement en 2019 du président ivoirien Laurent Gbagbo, premier chef de l’Etat à être jugé dans un procès pour crimes contre l’humanité liés aux violences après-guerre en 2010 et 2011 en Côte d’Ivoire.

Acquittement de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé

L’histoire a été faite. La nouvelle est sur toutes les lèvres et elle a mis les Ivoiriens et d’autres africains dans une certaine atmosphère. Près de 10 ans après l’ouverture de l’affaire, la Chambre d’appel de la CPI a clos l’affaire en confirmant l’acquittement de Laurent Gbagbo, et de l’un de ses proches amis, Charles Blé Goudé, ancien dirigeant du mouvement des Jeunes patriotes ivoiriens surnommé «le général de la rue”. Ils avaient été inculpés de quatre chefs de crimes contre l’humanité, meurtre, viol, persécution et autres actes inhumains.

La procureure générale de la Cour sortante, Fatou Bensouda, a interjeté appel en septembre 2019, huit mois après l’acquittement. Ils ont toujours revendiqué leur innocence dans ces crimes commis en 2010 et 2011 lors des violences post-électorales qui ont tué 3000 personnes en Côte d’Ivoire, résultat du refus de M. Gbagbo de reconnaître une victoire truquée et frauduleuse de son rival Alassane Dramane Ouattara à la fin de 2010, reconnu par “la communauté internationale”.

Message d’espoir de Laurent Gbagbo aux Ivoiriens

Enfin libre, de La Haye, Laurent Gbagbo a adressé un magnifique message de motivation à tous les Ivoiriens. L’ancien dirigeant ivoirien a déclaré qu’il ne faut jamais se décourager:

Ce que je peux dire au peuple ivoirien et à tous ceux qui nous ont soutenus en ces temps difficiles. Vous ne devez jamais abandonner, quelles que soient vos difficultés. Mon souhait le plus cher est la réconciliation nationale entre les fils et les filles de Côte d’Ivoire.

Laurent Gbagbo

Ses confrères et sympathisants à Abidjan affirment que l’acquittement de la CPI est «une victoire pour la démocratie et la justice». Georges Armand Ouégnin, président de l’Ensemble pour la démocratie et la souveraineté (EDS) a donné des interviews et exprime avec vivacité son contenu et sa satisfaction face à la grande nouvelle. Il a poursuivi en affirmant que M. Gbagbo «n’a jamais été un homme de violence et je crois qu’aujourd’hui il est réhabilité et c’est une grande fierté pour tous les démocrates, tous ses partisans, je dis même la grande majorité des Ivoiriens».

Quant à son retour, «tout dépendra de lui maintenant, il est acquitté, je pense pour très bientôt», il sera à Abidjan, car «il n’y a pas d’obstacle à son retour et c’est à lui de décider quand il le fera. reviens », dit-il.

Quelle est la prochaine étape?

C’est une joie et une fête dans l’ancienne résidence de feu Aboudramane Sangaré devenu chef du FPI de Gbagbo. Musique, danse et champagne étaient au rendez-vous deux heures après le verdict de la Chambre d’appel de la CPI confirmant l’acquittement de Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé.

La plupart des chefs de parti étaient là. Moïse Lida Kouassi, Hubert Oulaye, Odette Sauyet, Marie Odette Lorougnon, Michel Gbagbo, Christophe Blé, Sébastien Dano Djédjé et d’autres dignitaires.

“C’est une date historique pour l’humanité, et c’est une honte pour la procureure Fatou Besouda. Mais la lutte continue, car de nombreux Ivoiriens sont toujours détenus dans les prisons ivoiriennes”, a déclaré Simone Ehivet Gbagbo, l’épouse de l’ancien chef de l’Etat ivoirien, de 2000 à 2011.

C’est un message clair adressé au peuple : ne jamais perdre espoir et ne jamais abandonner. Ils se sont battus jusqu’à la fin et maintenant la grande question dans l’esprit de tout le monde est :

Vont-ils retourner dans leur patrie après tant d’années d’interdiction et lutter aussi jusqu’au bout pour faire de la Côte d’Ivoire le pays de la paix et de la réconciliation avec la démocratie et justice ?

En conclusion, Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé sont innocentés des crimes contre l’humanité qu’on leurs attribuaient. La Cour Pénal Internationale (CPI) va t’elle trouver des coupables à ces crimes commis en Côte d’Ivoire?

Nous savons tous qu’il y avait deux camps qui s’affrontaient, pour ne pas dire deux camps contre un. Suivez mon regard.

Lire aussi :

Laisser une réponse

Laisser un commentaire



Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

14 − dix =