Côte d’ivoire

Abidjan, la capitale de la Côte d’Ivoire, est au milieu d’une situation aigre-douce. Les gens craignent que les résultats des élections ne déclenchent une autre guerre civile comme en 2010. La pensée qu’elle pourrait mettre en danger la stabilité du pays persiste fortement dans les têtes des Ivoiriens tant en Côte d’Ivoire que dans la diaspora.

Alors que les premiers résultats de l’élection du 31 octobre en Côte d’Ivoire continuaient à se répandre tard dans la journée de lundi, les rues de Cocody , un quartier chic de la capitale commerciale, Abidjan, étaient étrangement vides.

Alassane Ouattara remporte un troisième mandat controversé
Alassane Ouattara remporte un troisième mandat controversé

Les résultats montraient une lente victoire du président Alassane Ouattara en route vers une victoire dans un vote tendu qui a été entaché de violences meurtrières et multiple, avant et après l’ouverture des urnes samedi.

Boycotte de l’oppositon

Les leaders de l’opposition, principalement les candidats Pascal Affi N’Guessan et Henri Konan Bédié, ont appelé leurs partisans à boycotter les élections car la candidature de Ouattara pour un troisième mandat était inconstitutionnelle.

La Côte d’Ivoire a une constitution stipulant que le président n’a droit qu’à 2 mandats, mais en 2016, Ouattara a insisté sur une nouvelle constitution qui lui permettrait de briguer un troisième mandat. Le Jeudi 05 mars 2020 Alassane Dramane Ouattara avait promit de ne pas se représenter pour un autre mandat.

La situation sécuritaire capricieuse a dissuadé de nombreux électeurs de voter. Le vote n’a pas eu lieu dans plus de 23% des bureaux de vote du pays. Selon l’organisation à but non lucratif Indigo Côte d’Ivoire, qui a déployé 700 observateurs à travers le pays le jour du scrutin, les élections ont été entachées de violence, d’intimidation et de malversations électorales. Ils ont dit que les gens avaient peur pour leur vie en raison des fortes tensions de la semaine précédente qui ont conduit aux élections où une trentaine de personnes auraient été tuées dans les violences pré-électorales.

Il y a des tensions très fortes autour du vote qui ont soulevé des inquiétudes quant à la stabilité continue du premier producteur mondial de cacao, la Côte d’Ivoire se remet toujours de plusieurs mois de violences post-électorales en 2010 et 2011 qui ont tué environ 3 000 personnes. Il n’y a pas de paix pour le moment selon les citoyens louant ainsi de ne faire aucun progrès.
Selon les résultats, le président Ouattara a recueilli 94% des voix, remportant même 99% dans certains de ses bastions. Le taux de participation des électeurs a été estimé à près de 54%.

Lundi, l’opposition ivoirienne a déclaré qu’elle allait créer un gouvernement de transition qui organiserait une nouvelle élection parce qu’elle n’a pas reconnu la victoire de Ouattara. L’ancien Premier ministre Pascal Affi N’Guessan et l’ancien président Henri Konan Bedie ont obtenu respectivement 1% et 2%, tandis qu’un quatrième candidat, Kouadio Konan Bertin, a également obtenu 2%, selon les résultats officiels.

L’Union européenne et l’agence des Nations Unies pour les réfugiés ont toutes deux commenté les événements et les tensions croissantes dans ce pays d’Afrique occidentale française. L’UE s’est déclarée profondément préoccupée par les tensions dans le pays – son chef de la politique étrangère, Josep Borrell, a déclaré que les incitations à la haine se poursuivaient et l’ONU a déclaré que des milliers de personnes avaient fuit vers les pays voisins, craignant davantage de violence.
Le contexte de toutes les tensions et de l’anxiété est qu’il y a eu une querelle de plusieurs décennies entre certaines des principales personnalités politiques du pays.

Laurent gbagbo
Laurent Gbagbo

En 2010, Laurent Gbagbo, alors président, a refusé de céder le pouvoir à M. Ouattara. suite à l’élection de cette année-là qui a déclenché une guerre militaro-civile, des rebelles à la solde d’Alassane Ouattara contre des jeunes dévoués et des militaires respectant la constitution Étatique. Plus de 3 000 personnes ont été tuées au cours des cinq mois de violence.

En 2020, M. Gbagbo était l’un des 40 candidats potentiels qui ont été rejetés par la commission électorale. Il s’était proposé pour se présenter aux élections de cette année mais la commission électorale l’a bloqué parce qu’il avait été “condamné” par les tribunaux ivoiriens.

99% pour Alassane Ouattara?


Où va la Côte d’Ivoire avec le pays si divisé que l’opposition ne reconnaît pas les résultats des élections d’un côté, et le parti au pouvoir ne veut pas faire de concessions de l’autre. La commission électorale ivoirienne a rapporté mardi que le taux de participation samedi était de 53,9%, avec des chiffre souvent ridicule (21284 inscrits et 29000 votants).

L’opposition a soutenu que seuls 10% des électeurs ivoiriens y ont participé. Plus de 3 200 Ivoiriens craignant les violences post-électorales ont fuit vers le Libéria, le Ghana et le Togo.

La victoire du président Alassane Ouattara, âgé de 78 ans, a une fois de plus mis le pays dans la tourmente et ces problèmes menacent l’acceptation publique des résultats et la cohésion du pays.

Laisser une réponse

Laisser un commentaire



Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

cinq × un =